L’INFO vous propose quelques plages de vie en complément de ses éditions print.

SPORTS ET LOISIRS

Numéro 26

«Ces Mondiaux seront excitants et rassembleurs»

Crans-Montana accueillera le cross-country des Championnats du Monde 2025 de VTT. Cette décision de l’UCI, l’Union cycliste internationale, a réjoui Bruno Huggler, directeur de Crans-Montana Tourisme & Congrès, qui s’en explique à Blaise Craviolini.

Les Championnats du Monde 2025 de VTT auront pour terrain d’expression le Valais. La décision est tombée fin septembre à Imola, en principauté de Saint-Marin, où se disputaient les Mondiaux de cyclisme : huit destinations du Vieux-Pays accueilleront la grand-messe de ce sport qui ne cesse de gagner en importance au fil du temps. Et parmi elles Crans-Montana, qui aura le privilège d’organiser le cross-country.

I Web Sportsetloisirs Itw Brunohuggler Web

 

Blaise Craviolini : Bruno Huggler, qu’est-ce qui a fait pencher la balance en faveur de la candidature valaisanne ?

Bruno Huggler : Son dynamisme, son originalité et son caractère unique. Les sept disciplines regroupées dans une seule région : ce sera une première dans les annales mondiales de ce sport. Les délégués de l’UCI ont également été sensibles à l’attractivité et au potentiel de tout un canton pour le VTT.

BC : Plusieurs destinations se partageront le «gâteau». Comment la répartition des épreuves s’est-elle opérée en interne ? Et comment Crans-Montana a-t-elle pu obtenir le cross-country, considéré comme l’épreuve reine du VTT ?

BH : Nous avons été appelés, le 18 mars 2020 par l’Association CM MTB 2025, à soumettre une candidature pour l’une des sept disciplines. Nous avons immédiatement opté pour le cross-country, qui avait cartonné au niveau spectateurs et impact médiatique lors des Mondiaux de 2018 à Lenzerheide. Notre dossier était de qualité. Nous l’avons défendu le 6 mai 2020 au sein de l’Association CM MTB 2025 et de Swiss Cycling avec succès.

BC : Tout a donc été très vite, malgré la pandémie et le semi-confinement ?

BH : Effectivement. J’avoue cependant que c’était un peu spécial de présenter et défendre notre candidature par visioconférence.

BC : Le parcours de ce cross-country est-il imaginé ?

BH : Oui, nous pouvons d’ores et déjà nous appuyer sur un projet bien développé, après avoir fait appel à des bikers expérimentés de la région, et en étroite collaboration avec Swiss Cycling.

BC : Que représente, pour Crans-Montana, cette organisation ?

BH : Nous bénéficions d’une longue et solide expérience dans la gestion de grandes manifestations. Ces Mondiaux 2025 constituent – bien sûr – un challenge pour nous, mais je suis confiant et serein. Au sein du Comité d’organisation, nous ressentons déjà une très grande motivation auprès des acteurs locaux, mais aussi auprès de la population. L’événement sera excitant, rassembleur.

BC : Quelles en seront les retombées directes et indirectes ?

BH : Selon les estimations de Swiss Cycling, nous nous attendons à environ 500 athlètes, 100 médias, entre 30 000 et 50 000 spectateurs pour les 4 jours de compétition et des retombées médiatiques dans environ 120 pays. Le cross-country sera retransmis sur une quarantaine de chaînes de télévision et touchera environ 50 millions de téléspectateurs.

BC : Votre conclusion, Bruno Huggler ?

BH : Le marché du VTT et en pleine croissance et représente un très grand potentiel pour Crans-Montana. Il contribue également à prolonger les saisons et à atténuer la dépendance de la neige. C’est vous dire notre satisfaction et notre enthousiasme de pouvoir recevoir ces Mondiaux 2025 de VTT.

Ski alpin : Crans-Montana vise désormais les Mondiaux de 2027

Les championnats du monde 2025 de ski alpin ne se disputeront pas à Crans-Montana, mais à Saalbach. La station autrichienne a été préférée à notre destination, ainsi qu'à celle de Garmisch-Partenkirchen en Allemagne, lors du dernier Conseil de la FIS, la Fédération internationale de ski alpin.

Si décevant soit-il, ce scénario était envisagé par Marius Robyr et son équipe. Qui ont donc décidé de remettre l'ouvrage sur le métier et de se porter candidat pour l'organisation des Mondiaux de 2027 dont l'échéancier est d'ores et déjà connu.

Avant la date limite du 1er avril 2021, il faudra déposer officiellement une nouvelle candidature – démarche payante – auprès de l'instance faîtière du ski alpin mondial. Les stations intéressées auront jusqu'au 1er septembre pour peaufiner leur dossier et le remettre à la FIS. A la fin septembre de la même année, les stations intéressées devront ensuite se soumettre à une sorte d'examen de passage, dont on mesure l'importance, auprès des experts de la FIS. Suivra un long suspense jusqu'en mai 2022, date de la désignation du lieu des Mondiaux de 2027. En espérant, cette fois, que ce sera la bonne pour Crans-Montana.

Numéro 25

Au royaume de la petite reine

Crans-Montana s’affiche comme un haut lieu du cyclisme. Dans notre édition print du 14 août, des accros du vélo confirment à Samuel Jacquier que la destination offre un formidable terrain de jeu aux cyclistes en mode route ou tout terrain. Et pour celles et ceux qui hésiteraient encore à pratiquer ce sport en vogue, les photos de Luciano Miglionico devraient finir de les convaincre.

 

Numéro 24

La cabane des Violettes au fil du temps

Ce site emblématique de notre région est étroitement lié à l’histoire de la section Montana-Vermala du Club Alpin Suisse (CAS), qui fête cette année son centenaire. Rétrospective en six images légendées par Blaise Craviolini. Revivez les étapes clés de la cabane dans notre version print.

Photos fournies par le CAS Montana-Vermala

1.

Web Photo 1

En préambule, il faut préciser que les membres du CAS Montana-Vermala ont d’abord loué un chalet à Plans-Mayens comme premier «siège» du club. Lors de l’assemblée du 27 décembre 1924, une commission ad hoc a été nommée pour étudier l’opportunité de construire une cabane. Il aura fallu pas moins de 15 séances jusqu’à la concrétisation du projet et son inauguration officielle, le 9 août 1925.

2.

Web Photo 2

Cette première cabane érigée au lieu-dit Plan des Violettes a fait l’objet d’âpres négociations financières. Son budget a finalement été approuvé par les membres lors de la séance du 21 avril 1925. Une enveloppe de 4500-5000 francs a été débloquée pour une surface de 28 m².

3.

Web Photo 3

Il n’a fallu que 8 ans, au comité de l’époque, pour se persuader que le CAS Montana-Vermala était un peu trop à l’étroit dans ses murs initiaux. Et pour commencer à envisager soit l’agrandissement du site existant, soit la construction d’une deuxième cabane des Violettes. La deuxième option a été retenue après une décennie ou presque de volte-face et autres palabres.

4.

Web Photo 4

L’inauguration de la deuxième cabane des Violettes, sur le même site que de nos jours, s’est déroulée le 8 octobre 1944. après une décision formelle du 2 mai 1944 de la Grande Bourgeoisie – propriétaire des lieux – et un acte de donation signé par les parties. Il est spécifié, dans ce document, que «la section de Montana-Vermala du CAS pourra utiliser les matériaux naturels de construction tels que pierre et sable se trouvant sur place pour l’édification de sa nouvelle cabane».

5.

Web Photo 5

La perspective d’un deuxième agrandissement, ainsi que son amélioration, est évoquée en assemblée le 8 décembre 1977 en première instance. Le crédit de 70 000 francs est voté lors des assises du 7 juillet 1978. Les travaux sont échelonnés jusqu’à l’inauguration du 7 octobre 1979.

6.

Web Photo 6

Il faut aussi faire mention, dans cet historique qui est loin d’être exhaustif, d’une troisième phase d’agrandissement et de rénovation, en 1991. La cabane est cette fois rehaussée d’un niveau et tout est relooké et modernisé pour, selon ses dirigeants de l’époque, «affronter les exigences du prochain millénaire». Mais le confort a un prix : 600 000 francs ! On est loin des 4500 francs d’investissement originel… Sous la présidence de Xavier Robyr, un nouvel assainissement a été décrété en 2011. La partie restauration et les dortoirs ont été modernisés pour répondre aux exigences sécuritaires de protection incendie.

Plus de compléments de l'INFO